Alors tu allaite ?

Publié le par lecabinetdecuriositedemadamem

Avec le poids que tu as pris, le sexe du bébé et le choix du prénom, la question qui reviens le plus, "c'est alors tu vas allaiter ?"
Si jamais tu ne t'es pas encore posé la question, ne t'inquiète pas lectrice enceinte, quelqu'un va bien finir par te demander. Alors pour mettre les choses au clair tu peux commencer par dire : "Non, je croyais qu'il mangeait des croquettes", puis tu t'expliquera devant le regard exorbité de ton interlocuteur en disant que "oui, je compte lui donner du lait" et que la question exacte est "Tu lui donnera le sein ou le biberon ?" Comme ça tu lui montre que non la grossesse ne t'a pas encore fait perdre tous tes neurones. Après je te laisse à ton dilemme parce que je n'ai pas de bonne ni de mauvaise réponse car il n'y en a pas.

Personnellement il m'aura fallu deux enfants pour savoir ce qui me correspond. Oui je suis un peu longue.

 

CIMG3121.JPG

 Avoue que je te donne envie là !

 

 

Et influençable aussi.Quand j'étais enceinte de Lucy-Fer, j'ai pris le partie de donner le sein sans trop savoir pourquoi. Avec le recul je pense que des réflexions comme : "Avec la paire de loches que tu as, tu dois être une bonne laitière" sont en partie responsable. Faites des études agricoles, vous verrez. Quand j'y repense, mon entourage ne m'a pas particulièrement influencé. Il y a de multiples expériences. Nibards ou biberons ?? Personnes n'a LA réponse. Comme toute jeune maman, je me suis préparé, j'ai lu, j'ai regardé des documentaires et tout et tout. Bonne élève que je suis.

Et force est de constater que la tendance actuelle est au sein. Pourquoi ? Sans doute, dans un esprit de retour au naturel, au bio, à l'écolo, à la proximité. Le tout contre le consumérisme, la crise économique, la déchéance de la terre nourricière et j'en passe. Aussi à force de lectures orientées, j'ai fini par croire au côté pratique et écolo du sein. Et puis autant que mes Roberts démesurés servent à quelque chose. (à savoir que ma poitrine est mon complexe n°1)

A la naissance de Lucy-Fer, mes boîtes à lait, qui sont en temps normal très généreuses, sont passé dans la catégorie handicapante. Comme j'ai été super bien briefé à la maternité, tout s'est plutôt bien passé.

CIMG3073.JPG

 Notez que la taille de la boite à lait est grosso modo le double d ela tête de Lucy-Fer ce qui peux être dangereux !

 

En revanche la notion "à la demande" me pose problème. Lucy-Fer demande toutes les demi heure. Elle est collé à mes roploplos du matin au soir. J'ai des fuites entre chaque tétées. Je craque et décide de la sevrer au bout d'un mois de traite industrielle. Le passage au biberon se fait comme une lettre à la poste et je n'y vois que des avantages. Plus besoin de me déshabiller en public, fini les auréoles sur mes t-shirts. Lucy-Fer réclame moins et je sais ce qu'elle boit exactement (et non les  nichons gradués n'existe pas encore). Papa peux me relayer. J'arrive même à perdre un bonnets sur les deux que j'ai pris.

CIMG2925.JPG

 et c'est aussi joli sur toutes les couleurs et même le blanc !

 

Mais pourquoi j'ai récidivé ? Parce qu'on ne reste pas sur un échec, enfin !!!!

Déci-Belle, je vais la régler y'a pas moyen qu'elle devienne un pin's. Elle prendra au minimum toutes les deux heures et pis c'est tout. ça j'ai réussi. Par contre elle, elle a réussi à me faire des crevasses digne du grand canyon en deux tétées. Et c'est avec la technique du glaçon et le bon courage des Sage Femmes que je suis rentré à la maison avec mon vampire miniature. Deci-Belle s'est nourri de lait parfumé au sang, ce qui n'est pas grave dixit les SF. Par contre c'est gore.

Au bout de dix jours de calvaire j'ai tenté un sevrage sauvage tellement j'en pouvais plus. Mais le malaise qui va avec l'engorgement m'a bien calmé. Les symptômes de la grippe en 1000 fois pire et des nichons en béton. J'ai fait sevrage classique en supportant la douleur et à 3 semaines pile Deci-Belle ne prenait plus que des biberons.

Moralité : je vais arrêté d'écouter le "ON" qui dit que ... et commencer à m'écouter.

Mes futures bébés auront des biberons et je m'en fout de ce que pense les autres c'est pas eux qui doivent porter mes seins dans une brouette et qui font des dons de sang à chaque tétées.

Quand "ON" sera passé par là je lui en reparlerai.

Commenter cet article